Lettre Pastorale : Marchons sous la conduite de l’Esprit saint

 

mgr-ulrich-homelie

Homélie de la confirmation du 20 mai 2018, au Grand Palais

Mes amis si nombreux qui allez recevoir le sacrement de confirmation après vous y être préparés depuis plus de six mois, avec vos proches, vos familles ; et vous tous qui les avez accompagnés avec le parcours « Plonger au cœur de la foi » ; vous qui avez découvert, chemin faisant, que vous aviez déjà été confirmés à la fin de l’enfance certainement ; et vous tous qui êtes là parce que vous êtes des fidèles de l’Église diocésaine et que vous avez conscience, en venant à mon invitation ce jour, de rendre visible le corps du Christ qui est l’Église, vous tous, nous tous, écoutons ensemble cette parole de l’Écriture qui parle à chacun de nous dans sa propre langue, c’est à dire qui le rejoint dans sa propre expérience humaine et spirituelle.

Ces gens qui annoncent la bonne nouvelle et s’expriment selon ce que l’Esprit saint leur inspire, ils se sont mis à sortir de leurs « périmètres connus », pour reprendre une expression récente du Pape François dans son exhortation apostolique sur la sainteté. Ils sont sortis de leurs habitudes, de leurs routines, de leur individualisme, de leurs certitudes dogmatiques, ils se sont laissé bouger par l’Esprit du Christ. Comme vous, je le crois.

Ils étaient prêts, comme nous je l’espère, à entendre ce que l’Esprit veut leur dire. Non pas tout d’un coup, mais un jour à la fois. L’Esprit, selon l’évangile que nous avons entendu, est comme un souffle qui circule entre le Père et le Fils, un souffle qui les relie, les maintient dans l’accord parfait de l’amour réciproque. Ce même Esprit qui a animé Jésus tout au long de son parcours terrestre jusqu’au don de lui dans sa passion veut animer aussi nos vies, susciter notre enthousiasme, encourager nos volontés, développer notre goût d’aller à la rencontre de nos frères pour porter l’espérance de la résurrection qui convient à notre monde.

Combien sommes-nous en ce jour de Pentecôte au Grand Palais de Lille pour la confirmation des neuf cents adultes et jeunes du diocèse ? Je ne compte pas ! ce qui m’importe, c’est que nous devenions ensemble un peuple habité par l’Esprit de Dieu, un peuple qui désire donner un souffle nouveau à ses communautés, à ses groupes et associations, à ses paroisses, un peuple qui soit prêt à faire cadeau aux autres du don de Dieu qu’il a lui-même reçu : cela s’appelle la « conversion missionnaire » dont nous parle si souvent le pape François. Il voudrait tant que l’Église cesse de s’occuper d’elle-même, pour se tourner vers tous ceux qui n’ont pas idée que Dieu puisse être proche d’eux. Si j’étais manager d’une entreprise, je parlerais de conduite de changement, mais je préfère le terme de « conversion missionnaire » qui nous ancre davantage dans une dynamique spirituelle, et dans le désir de donner ce que nous avons reçu du Seigneur.

Nous avons déjà relancé notre dynamisme par le concile provincial des diocèses de Lille, Arras et Cambrai (2013-2015), et nous avons déjà bien souvent entendu dire quelles sont nos lignes d’action à la suite de ce concile : les plus pauvres et les plus fragiles, les jeunes et les familles – et nos manières d’agir pour cela  : la Mission commence à se réaliser par la Proximité avec chacun, la Participation du plus grand nombre et la Communion qui se réalise dans les communautés. Ne perdons pas cela de vue.

***

Le pape nous aide aussi à suivre notre ligne d’action avec les jeunes. Il a convoqué un synode des évêques à Rome (environ 300 évêques du monde entier) sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Et il a déjà accueilli, en mars dernier, 300 jeunes du monde entier pour les entendre partager leur goût d’une Église renouvelée au service du bien de tous. De ce pré-synode, je retiens trois clés fournies par les jeunes eux-mêmes :

  • certains trouvent que l’Église reste trop occupée d’elle-même et ils demandent qu’elle leur montre mieux la personne du Christ ;
  • ils souhaitent qu’on leur fasse davantage confiance pour prendre des responsabilités et être acteurs de leur chemin spirituel ;
  • ils ont besoin de mieux comprendre ce que signifie la « vocation chrétienne » : prêtrise, diaconat, vie religieuse et consacrée, ministère laïc, mariage et famille, rôle dans la société – ils veulent discerner l’appel de Dieu pour chacun.

Nous devons entendre ces appels et nous convertir, « renouveler notre façon de penser » (St Paul aux Romains 12,2). Ne plus dire : « on ne voit pas les jeunes à la messe », mais comprendre comment le Christ et son Esprit donnent rendez-vous aujourd’hui aux jeunes, comment ils le découvrent sur leurs chemins.

Nous voulons suivre ce mouvement tout au long de l’année qui vient. L’année pastorale prochaine, de septembre 2018 à juin 2019, sera une année diocésaine avec et pour les jeunes, non seulement ceux qui sont déjà des membres actifs de notre Église, mais aussi toute leur génération. Le Christ réalise pour eux les promesses de son amour et du don qu’Il fait de Lui : Que son Esprit nous entraîne !

QUE VOULEZ-VOUS, QUE VOULONS-NOUS
POUR NOTRE ÉGLISE DIOCÉSAINE DE LILLE ?

  • Une Église qui soit attentive au bien commun de tous, dans ce monde tellement en mouvement …
  • Une Église qui ait de plus en plus envie de montrer Jésus-Christ en se renouvelant dans l’écoute de l’Évangile …
  • Une Église qui aime à être bousculée et transformée par les catéchumènes, les migrants, les pauvres, les malades, les personnes en situation de handicap, et par sa diversité même …
  • Une Église qui se laisse transformer par la liturgie … comme aujourd’hui dans cette célébration de la confirmation : la liturgie n’est pas une affaire ennuyeuse, mais la joie d’une parole échangée entre ceux qui y participent et le Seigneur qui aime tellement notre humanité.
  • Une Église qui expérimente la beauté de faire entendre l’appel du Seigneur, pour que se lèvent des « disciples-missionnaires » comme dit le pape François, et parmi eux des serviteurs de l’appel, notamment des prêtres …

Bref, une Église joyeuse et plus légère !

QUELS FRUITS ATTENDONS-NOUS ?

Que tous aiment se remettre à l’école d’une catéchèse adaptée à chaque âge, à chaque situation humaine : que des jeunes adultes, des « recommençants », des familles découvrent la joie d’entendre parler de Dieu et d’apprendre à en parler avec leurs mots à eux, et leurs expériences.

Que personne ne se dise que la lecture et l’écoute de l’évangile est trop difficile pour lui ! Il y a tant de possibilités de réunir un petit groupe d’amis ou de quartier, et de faire, comme ailleurs des « maisons d’évangile », avec l’aide du site diocésain : www.enviedeparole.org 

Que nos paroisses puissent devenir comme des maisons communes et des lieux de vie sociale, familiale et solidaire, adaptés aux différents âges, aux familles, aux migrants, aux pauvres. Nous avons des projets de maisons des familles pour l’accueil et l’écoute, cela se construit peu à peu.

Que nos églises soient ouvertes et accueillantes aux passants, à ceux qui ont besoin de paix, de silence, et qu’elles ne soient pas réservées aux seuls pratiquants du dimanche : je ne suis pas seul à recommander l’ouverture des églises comme remède aux dégradations qui s’y commettent parfois ! Que nos communautés soient comme des sources et non des portes dont la clé est cachée !

Que les prêtres et tous les acteurs pastoraux soient davantage des signes qui montrent le Christ plutôt que des organisateurs : et je peux dire qu’ils le souhaitent !

Que nos communautés soient surtout organisées en fonction de la mission et de la rencontre ; notamment des jeunes avec les pasteurs !

Que les plus jeunes puissent être présents et visibles dans tous les lieux de création, d’animation et de responsabilité des projets missionnaires !

Que les lieux de ressourcement spirituel soient davantage connus, notamment dans leurs efforts de renouvellement et d’adaptation !

UN PROJET DE TROIS ANNÉES

Mettons-nous en route maintenant, parce que cette année avec et pour les jeunes nous ouvrira des perspectives que nous poursuivrons pendant les années suivantes. Je vous invite à vivre une belle aventure avec tout le diocèse au cours des années 2018-2021.

  • Dans notre diocèse de Lille, vivons l’élan du synode des évêques de l’automne 2018 à Rome, en partageant des initiatives du Service diocésain des jeunes qui nous seront détaillées au cours des mois qui viennent.

Ce synode, dans son titre même, nous interpelle et nous responsabilise sur le discernement et l’appel : c’est le souci des vocations dans l’Église, à chacun de s’y rendre sensible.

Ma vie est une réponse … Parle Seigneur, ton serviteur écoute ! Ce sera le refrain de l’année 2018-2019. La refondation du séminaire, notamment dans sa nouvelle maison de communauté des séminaristes, au cœur du Vieux-Lille, fait partie de ce renouveau. Je décide que cette maison du Séminaire de Lille s’appellera : « Maison Saint André. »

  • Tous, ayons à cœur de développer notre vie de foi et d’Église : entraînons-nous à discerner l’action de l’Esprit de Dieu qui déjà transforme le monde, en développant ensemble une dynamique spirituelle, une plus grande écoute de la Parole de Dieu. Comme les jeunes du pré-synode de mars dernier à Rome, nous avons besoin d’expériences qui ancrent notre relation à Jésus dans le monde réel de notre vie quotidienne.

Tout commence toujours par un émerveillement devant ce que Dieu fait … Réjouis-toi, le Seigneur est avec toi ! C’est le refrain adressé à la Vierge Marie, notre Mère et la Mère de tous les hommes : ce sera notre refrain de l’année suivante (2019-2020).

  • Nous voulons aussi approfondir notre goût d’aller à la rencontre, de susciter un élan de participation à la vie de tous, avec l’envie de partager le cadeau reçu de cette présence du Seigneur, si proche de chacun.

Une Église en sortie … Il les envoya deux par deux ! Voilà où nous emmènera l’année 2020-2021.

C’est ce projet que je vous confie en ce jour de fête diocésaine. Je le confie à votre prière, à votre enthousiasme ; je le confie à la force de l’Esprit Saint qui, j’en suis certain, nous l’a inspiré.

D’ici peu, je nommerai une équipe diocésaine qui fera des propositions concrètes pour développer les différents thèmes abordés dans cette lettre.

Et je vous bénis tous, vous qui êtes venus célébrer la Pentecôte ensemble, et vous tous qui vivez sur cette terre du Nord où se trouve le diocèse de Lille.

Le 20 mai 2018, fête de Pentecôte

† Laurent Ulrich, Archevêque de Lille

Cliquez sur le fichier ci dessous en bleu:

Lettre Pastorale

Laisser un commentaire